Les Hivernants : Une ressource




Et non je n'ai pas échappé au petits coups de blues; je dirai même à la déprime, qui peut survenir sans crier gare lors d'un hivernage.

Oui je suis heureuse de cette incroyable expérience, oui on pourrait dresser un tableau magnifique de tout ce que l'on peut faire, voir, partager et expérimenter ici. Mais non l'hivernage n'est pas une carte postale.

C'est avant tout une expérience humaine très intense où la vie en collectivité règne en territoire isolé. Il faut s'y faire sa place et je dirai même que parfois, il faut oser la prendre.

Partir pour un hivernage c'est aussi bien partir à la rencontre de l'autre mais aussi de soi.

Car que sommes nous sans nos repaires habituels? Sans notre petit confort , notre petite routine et tout le divertissement de nos sociétés qui peut parfois nous couper d'un vrai contact avec soi, avec l'autre?

Qu'allons nous être , qu'allons nous incarner, qu'allons nous apporter à la mission au delà des compétences pour lesquelles nous avons tous été embauchés?

L'humain , ce qu'il dégage et ce qu'il apporte en tant qu’individu est très important dans une vie de groupe.C'est en tout cas quelque chose qui m'a frappé durant mes 2 missions. L'humain l'emporte sur tout le reste.

Et c'est tout à la fois rassurant et effrayant.

Rassurant car cela veut dire que nous avons un profond besoin d'être en lien et de contribuer au monde, et effrayant car cela implique une certaine responsabilité, à commencé par la sienne. Je suis acteur de mon hivernage,alors que vais-je en faire??


Parfois, durant une mission nous pouvons avoir la chance de nous retrouver avec des personnes avec qui nous avons des centres d’intérêt commun. Le contact se fait facilement, fluidement, nous nous comprenons, nous rions ensemble et le travail ainsi que la vie sur base en devient même extrêmement agréable.

Mais parfois c'est le contraire. Nous pouvons avoir à collaborer et vivre tous les jours avec des personnes avec qui nous n'avons rien en commun et avec qui les rapports peuvent être difficiles, avec qui la communication ne se passe pas aussi bien que nous l'aimerions, mais il faut quand même faire avec. Mieux que ça , il faut faire en sorte malgré tout que ça fonctionne.

Dans les 2 cas il s'agit de faire en sorte que son hivernage soit une belle expérience, il s'agit de trouver les ressources nécessaires pour ce faire.

Ces ressources peuvent être bien sûre en nous même. Nos forces comme nos fragilités peuvent vraiment nous porter et alliés à notre volonté nous faire soulever des montagnes.

Mais ces ressources peuvent être d'un grand soutien également chez les autres.

J'ai la chance de vivre une mission ou les rapports sont bienveillants et agréables. Et si pour des raisons parfois aussi personnelles que variées le moral n'est pas au rendez vous, valoriser tous ces moments de partage avec les autres, ces sourires, ces repas pleins de jovialité, ces conversations enrichissantes, un transit dont on se souviendra ,une nuit en cabane mémorable ou simplement un sourire, un film ou une cigarette en silence avec un collègue, sont d'une aide précieuse.

Toutes ces petite attentions délicates , ces instants partagés ,chaque chose simple appréciée, chaque nouvelle expérience contribuent pour moi à me renforcer et à prendre conscience de la beauté de ce voyage si particulier.


Pour ce post je mettrai donc l'accent sur quelques photos prises lors d'un repas tous ensemble. Une de ces belles journées ou il fait bon d'être ensemble. Avec des rires , des parties de domino, des conversations, un bon repas confectionné par les hivernants pour les hivernants. Une légèreté ambiante sur nos jolies terres de Kerguelen.



















POSTS RÉCENTS :
PAR TAGS :